ACTUALITES        GALERIES        BIOGRAPHIE        CITATIONS        CONTACT / LIENS        Français English


< Retour aux citations


Martine Frambery
LA MUSIQUE EN PEINTURE

Jacques Hue est né en 1949 à Paris. Il a suivi ses études à l’Ecole Nationale des Beaux Arts de Paris. Très jeune il y était déjà assistant d’enseignement dans des ateliers.

Marqué dans sa jeunesse par le mystère qui entourait sa naissance, il est comme les arbres du causse (région où il a choisi de vivre) qui poussent leurs racines lentement mais inexorablement jusqu’à trouver leur juste place qui leur permet de se développer envers et contre tout.

Ce qui marque ceux qui l’ont connu à cette époque c’est une énergie vitale hors du commun qui le poussait à vivre et à poursuivre une voie (celle de la peinture), malgré les difficultés de vie qui s’annonçaient.
Peindre pour Jacques est une nécessité vitale : rien de fabriqué chez lui, tout vient de l’intérieur.

Il aborde le monde avec un regard ouvert et curieux sans tabous ni frontières.
Tout est sujet d’observation pour lui et il est capable de porter son attention sur un simple brin d’herbe comme sur l’objet le plus sophistiqué avec le même intérêt.
Son regard est empreint d’un grand respect. Il est humble devant l’objet étudié, Il entre comme en communion avec l’objet d’observation, tentant d’en comprendre les multiples faces et caractéristiques qui font de l’objet un élément singulier parmi d’autres, mais qui le relie à l’universalité.

C’est de la même manière qu’il abordera successivement un travail très poussé sur le monde minéral, puis sur le monde végétal et depuis quelques années sur la musique.

Quand Jacques aborde un univers nouveau, il passe par une phase durant laquelle il s’imprègne de l’objet d’étude.

Mais encore une fois, quel que soit son sujet de travail, ce qui le caractérise c’est l’ouverture qu’il montre dans ses choix.
La musique par exemple :
Depuis toujours la musique faisait partie de sa vie, mais quand il a commencé à exprimer la musique, c’est par la musique contemporaine qu’il a commencé ses recherches. C’est ainsi qu’il a travaillé sur les musiques de Roger Tessier, de Jean-Yves Bosseur , mais aussi autour de l’œuvre de Pierre Boulez.
Jean-Yves Bosseur lui réserve d’ailleurs une place dans son prochain ouvrage « Compositeurs parmi les peintres », parution prévue début 2013.

-------------------------------------
Roger Tessier : Directeur du Conservatoire de Musique, Paris XIV° ; Angers ; Directeur du Festival de Musiques contemporaines d’Angers ; Compositeur de musique contemporaine ; http://www.rogertessier.fr/

Jean-Yves Bosseur : Compositeur et musicologue, internationalement reconnu pour ses recherches sur les interactions entre la musique et les arts plastiques, a écrit de nombreux ouvrages sur le sujet, Paris. http://www.jeanyvesbosseur.fr/

Pierre Boulez, Compositeur internationalement reconnu, Chef d’Orchestre et Directeur de l’IRCAM : Institut de recherche et coordination Acoustique/Musique, Paris ; http://en.wikipedia.org/wiki/Pierre_Boulez
--------------------------------------

Ses réalisations tiennent du mystère pour l’émotion qu’elles suscitent et l’esprit de communion entre la musique et la peinture.
Jacques n’est pas dans l’illustration, ni dans le décoratif. Son œuvre tend à transcender l’objet d’étude.

L’écoute musicale chez lui tient d’une curiosité ouverte, doublée d’un acte de spiritualité active. Il passe ainsi d’une musique ultra contemporaine à une musique du Moyen-Âge, en faisant des détours (très longs) avec des morceaux de musique chinoise, japonaise, s’attardant sur les chants des Pigmés d’Afrique noire pour revenir à des œuvres plus classiques comme Mozart, Bach et repartir tout aussitôt dans l’univers baroque ou celui de Ravi Shankar sur lequel il a aussi travaillé.

Son parcours artistique le ramène à Paris régulièrement (Paris : ville qu’il affectionne particulièrement) pour participer à diverses manifestations culturelles comme une exposition collective au Grand Palais autour de la lettre et du signe, ou pour un Hommage rendu à Roger Tessier à L’Auditorium Saint-Germain au cours duquel ses peintures sont présentées, ou pour participer à un colloque à la Cité de La Musique … On retrouve aussi ses œuvres dans des collections publiques.

Jacques est un être empli d’interrogations, interrogations qu’il pose sur la toile et sur le regard qu’il porte au monde, quand ce n’est pas la toile qui l’interroge.

Sa relation au monde s’exprime dans son œuvre.
Il a une relation organique avec les éléments, qu’ils soient d’origine naturelle ou culturelle.

Une œuvre peinte de Jacques Hue est une incarnation picturale portée par une vitalité physique et intérieure.
Avoir une œuvre peinte de Jacques Hue chez soi, c’est avoir une présence vivante, porteuse d’une part du mystère qui est le sien mais qui est aussi universel, qu’il n’a pas fini d’interroger et qui se livre petit à petit.

M. F